Ravinelles B
rue Louis Ganel (ou rue Marchande)

38090 Villefontaine

Tél. : 04 74 96 01 02

Prendre rendez-vous en ligne
taches pigmentaires

Les taches pigmentaires

Il existe deux types de taches pigmentaires acquises (apparues au cours de la vie). Elles sont essentiellement observées sur les zones exposées au soleil (visage, décolleté, dos des mains…).

Le mélasma ou masque pigmentaire

Il s’agit de nappes plutôt que de taches, à contours irréguliers, situées sur les pommettes, le front, la lèvre supérieure. Il s’observe typiquement au cours de la grossesse et est amené à disparaître... sauf qu’il peut ne pas disparaître (notamment sur les peaux très mates) et devenir très disgracieux. Il peut aussi s’observer sans cause hormonale, (essentiellement chez la femme entre 35 et 50 ans voire chez l’homme) sans qu’on l’explique vraiment en dehors de l’action du soleil. Son mécanisme de formation passe par une inflammation qui provoque un dysfonctionnement des mélanocytes (cellules qui fabriquent le pigment : la mélanine). Tout acte pour l’ôter, qui provoquerait une irritation violente, déclencherait une inflammation et n’empêcherait pas l’hyperpigmentation de réapparaître. Son traitement est donc délicat. Il demande de la patience et de l’observance (suivre les recommandations).


Actuellement, j’utilise des peelings spécifiques toujours précédés de crèmes adaptées pour préparer la peau, et accompagnés d’une protection solaire rigoureuse avant, pendant, et après le traitement. Le résultat peut être facilement obtenu, mais demande parfois à être recommencé par exemple une fois par an pendant plusieurs années (sur les peaux très mates : méditerranéennes ou asiatiques). Mais difficile et délicat, ne veut pas dire impossible ou inutile !

Les taches de vieillissement (qu’on appelle lentigos solaires ou actiniques)

Elles sont, au contraire du mélasma, beaucoup plus faciles à faire disparaitre. Elles peuvent apparaitre avant l’âge de 40 ans, mais s’observent surtout après. Elles correspondent au vieillissement des mélanocytes trop souvent stimulés par le soleil (que l’exposition solaire ait été volontaire ou pas). Beaucoup plus faciles à traiter, elles doivent cependant être bien examinées (dermoscope) car certaines peuvent être suspectes. Les traitements doivent être adaptés à chaque cas, car ces taches s’associent le plus souvent à d’autres altérations de la peau (couperose, lésions pigmentaires irrégulières proches du mélasma lésions brunes rapeuses qu’on appelle kératoses, voire lésions suspectes qui nécessiteront un prélèvement pour analyse). C’est tout l’intérêt de l’expertise dermatologique !


Je proposerai selon les cas : laser pigmentaire ou simple cryothérapie à l’azote liquide, lumière pulsée de photorajeunissement, ou simple peeling pigmentaire. Associé, dans tous les cas à une prévention solaire et une cosmétologie active (vitamine C, dérivés de vitamine A, AHA). On retrouve là tout l’arsenal de la lutte contre le vieillissement !